Accueil Psychologie Qu’est-ce que le manspreading ?

Qu’est-ce que le manspreading ?

par Votre Santé

Quand on compte les moyens de transports en commun les plus pénibles, le métro occupe assurément une place bien confortable dans le classement. « Ah le métro » ! Ces gros engins électriques sur rails ont depuis longtemps été l’un des calvaires quotidiens de beaucoup d’entre nous. Entre le monde qui y grouille, surtout aux heures de pointe et le mélange d’odeurs les unes plus désagréables que les autres, l’inconfort peut très vite s’installer. Mais comme si cela ne suffisait pas, de plus en plus de femmes se voient obliger de supporter le « manspreading » de plusieurs hommes.

Le manspreading, c’est quoi ?

Terme anglo-saxon qui nous vient tout droit des Etats-Unis, le manspreading peut être littéralement traduit en français par ‘’l’étalement de l’homme’’. Il désigne la façon dont ont certains hommes de s’assoir dans les transports en commun, les jambes écartées.

New-York, 2014. Le Metropolitan Transportation Authority lance dans la ville une campagne de sensibilisation pour un comportement respectueux dans le métro newyorkais. Sur les dizaines d’affiches collées dans le métro, on pouvait lire ces quelques mots : « Dude, stop the spread, please. It’s a space issue » (Mec, arrête de t’étaler s’il te plaît. C’est une question d’espace). L’affiche, illustrée par la représentation d’un homme assise jambes écartées dans un métro fut le tour des réseaux sociaux (notamment Tumblr et Twitter) et plusieurs villes du monde (Tokyo, Séoul et Madrid) se joignirent à la cause.

La polémique du manspreading : un acte jugé machiste et sexiste

Pour beaucoup de leaders féministes, le manspreading est une manière pour beaucoup d’hommes de montrer leur domination. Un argument appuyé par la revue ‘’The independent’’ qui relaye que « pour certains psychologues, cette manière qu’ont les hommes à s’attribuer l’espace dans les métros est pareil que dans les autres espaces dans la société. Chez l’humain comme chez l’animal, écarter les jambes est une façon d’affirmer leur dominance, ce qu’on voit chez la plupart des hommes, alors que les femmes sont beaucoup plus amenées à prendre des poses plus serviles ».

Comme dans beaucoup d’interactions sociales, s’assoir est inévitablement basé sur des rapports de forces (surtout en public) et donc par la même occasion discriminatoire pour le genre jugé dominé. Et la manière de s’assoir de certains hommes dans le métro en est la belle preuve.

Alors qu’en France le débat fait rage, la question du partage de l’espace devient de plus en plus centrale. Et pour Christine Bard, la solution serait d’éduquer les jeunes à remettre en cause certains comportements appris à l’enfance.

Articles similaires :

Laisser un commentaire